Si on démarre openBSD en mode single au boot, (boot -s sur PC), on a accès à une console minimale.

On peut, par exemple, modifier le mot de passe root ou corriger un système erroné. La méthode sur sparc est la suivante:

Repérer lors d'un boot précédent les device utilisés pour le disque. Dans mon exemple, il s'agit de /dev/sd0a...f.

 fsck /dev/sd0a (puis /dev/sd0b... jusqu'à f)

vous donne l'état de la partition (ext2 ou 3) et peut-être même son usage (point de montage précédent). Si nécessaire, faite là noter comme corrigée (yes) sinon vous ne pourrez pas la monter en écriture.

Si le point de montage n'est pas indiqué, il vous faudra monter la partition et regarder ce qu'elle contient. Vous devez pouvoir identifier / (contient root, var, usr...), /usr (contient sbin, lib, share, mais ce n'est pas /), /var (contient spool), /tmp... ne contient rien :-).

Ensuite, montez / sur /mnt:

 mount /dev/sd0a /mnt (adaptez à vos paramètres)

Puis passez dans /mnt:

 cd /mnt

Montez /usr:

 mount /dev/sd0f usr (adaptez à vos paramètres! Pas de / devant usr!)

Vous pouvez maintenant vous resituer dans votre openBSD normal:

 /mnt/usr/sbin/chroot . (n'oubliez pas le "." à la fin)

Maintenant vous pouvez accéder normalement comme root à votre disque. utilisez passwd, useradd, /etc/sudoer...

Changer de thème

La vie du site, les dernières modifications:

Notre local: